Bienvenue sur cette plateforme d'échanges

Qu'un hasard -heureux- t'ait conduit ici, que tu y parviennes à l'issue d'une recherche très précise, que tu fréquentes régulièrement ce site, ami visiteur, tu es le bienvenu.
Nous espérons que tu pourras butiner profitablement certains de nos billets et en faire ton miel.
Nos aimerions que tu réagisses, que tu participes aux débats, que tu en ouvres de nouveaux......
Visiteur, tu es ici chez toi....tu as tant de choses à partager, à nous apprendre : ..nous t'écoutons !
Bruno

Le message le plus consulté

Informations rapides (cliquer, le texte s'affiche ci-dessous)

vendredi 15 décembre 2006

Point de vue: on ne lit bien que les textes qu'on aime

Le goût pour un texte est nécessaire pour le partager vraiment avec un auditoire.
Si nous l'aimons, s'il nous rend heureux, nous pouvons jouer ce rôle si noble de "passeur" de sources d'émotions.
La question de l'adéquation entre le texte et l'auditoire est secondaire, nous y reviendrons une prochaine fois. Que voulons nous "offrir" à chacune des personnes du groupe réuni? Un bouquet parfumé composé avec soins de fleurs de saison ou un assemblage de fleurs artificielles?
Le lecteur offre un texte comme il tend un bouquet, bras demi-pliés, à celle à qui il le destinait : seules les fleurs comptent alors, elles sont bavardes!. Le lecteur se cantonne "derrière" le texte, il ne se glisse pas subrepticement sous les mots pour s'en parer tel un pauvre costume d'arlequin emprunté pour l'occasion!
Lector


1 commentaire:

monima a dit…

Bonjour !je suis d'accord avec vous sur la facilité que représente le fait d'aimer un texte.Mais il ya une grâce particulière à réussir à entrer en relation avec une lecture qu'on n'aurait pas choisie...et pourquoi ne pas faire des "aventures" ? Arlequin est une figure majeure de la" manière d'être humain"